Les raisons pour lesquelles je n’ai pas aimé Westworld (et celles pour lesquelles je l’ai fini quand même)

Crédits images @ HBO® pour Westworld

 

Westworld c’était LA série à ne pas rater de 2016, le blockbuster, annoncé comme le remplaçant du sacro-saint Game of Thrones pour les aficionados de séries a grand budget dont scénario et décors vous scotchent à votre canapé (respirez, c’était long comme phrase). En tant que grande fan du Trône de Fer version papier et vidéo, j’ai commence la série a la fois avec beaucoup d’excitation mais aussi une très grande appréhension. Résultat : pour moi, ça sera « meuh ».

 

Petit cours de rattrapage pour ceux qui auraient raté le wagon pour Westworld.

 

Westworld est un parc d’attractions futuriste recréant l’univers de l’Ouest américain (Far West) du XIXe siècle. Il est peuplé d’androïdes, appelés « hôtes » (hosts), réinitialisés à la fin de chaque boucle narrative. Les visiteurs, appelés « invités » (newcomers), peuvent y faire ce qu’ils veulent sans aucune conséquence. Mais à la suite d’une mise à jour du programme des androïdes, les dirigeants du parc devront faire face à plusieurs bogues dans leur comportement.
 Source @ Wikipédia

 

Le hype

L’agaçant, affolant hype sur les réseaux sociaux.
Pour être honnête, je n’ai entendu parler de la série que très tard, ou plutôt j’avais laissé passer le titre et les images évoquant les Western dans mes timeline sans me pencher sur la question. Et puis la rumeur a enflé, les mots se sont propagés et ce qui m’a refroidi a soudain fait les gros titres : « Le nouveau Game of Thrones ». Non pas que je ne pensais pas que ce n’était pas possible, mais plutôt qu’en entendant cela avant même la diffusion j’avais du mal à accorder du crédit à ces dires. Pour moi, c’était du pipeau, de la bonne vieille campagne de pub martelée et répétée, rien pour me donner envie de laisser une chance à cette série qui partait déjà gagnante. Mais j’ai fini par me laisser convaincre par les avis de gens qui en général sont de bons conseils et j’ai tenté.

 

L’univers

C’est évidemment un point totalement subjectif : je n’aime pas les Western. Je n’ai jamais vraiment apprécié cet univers qui ne m’emporte quasiment jamais. Seul Lucky Luke a un jour trouvé grâce a mes yeux et encore, cela tenait plus du personnage que de l’univers dans lequel il évoluait. Heureusement pour moi, le mélange univers futuriste et cowboys que j’appréhendais beaucoup fonctionnait finalement plutôt bien pour moi là où je me demandais sincèrement comment ils allaient s’arranger.

 

L’équilibre entre parc et coulisses est loin d’être respecté mais reste cohérent avec l’histoire et son déroulé. La série laisse cet arrière-goût de Disney du Far West et joue ainsi parfaitement son rôle. Malgré cet univers qui me déplaît d’ordinaire, j’ai réussi à me laisser emporter par la série pour y suivre ses protagonistes.

 

westworld3

Coucou toi

 

Les personnages

Plats ? Faciles, ce sont des robots pour le plupart. Mais mis à part Anthony Hopkins qui à mes yeux portent la série à bout de bras, j’ai trouvé que les autres personnages étaient aussi creux que les robots qu’ils fréquentaient. En particulier Thom York (l’homme en noir dont je n’ai jamais réussi à décrocher l’image de Thom Yorke dans mon esprit, donc je l’appelle comme ça et puis c’est tout).

 

Maeve par exemple est pour moi un personnage qui ne se tient pas, de A à Z. Son histoire qui au début était intrigante finissait par me casser les pieds. En plus d’être un personnage totalement antipathique, j’ai trouvé son évolution complètement abracadabrante et je n’ai jamais vraiment réussi à me demander « Tiens, il va lui arriver quoi ? ». Peut-être l’actrice n’a-t-elle pas rendu hommage au rôle, peut-être sa partie n’était-elle pas vraiment bien écrite ? Reste que, j’avais la désagréable impression que quelqu’un essayait de boucher les trous du scénario avec de la pâte à bois.

 

westworld4

Coucou Thom Yorke

 

En parlant de Maeve, parlons des deux scientifiques avec qui elle s’accoquine. Leur comportement n’avait pour moi comme seule logique que d’arranger le scénario. Ils avaient beau être mis face à une situation qui en mettrait plus d’un sur le cul, les réactions, décisions qu’ils prenaient me dépassaient complètement. Sans parler du fait que personne dans la boîte ne semble remarquer leur petit manège. Au vu du finale, on peut revoir ces événements avec un nouveau regard mais je reste persuadée que tout ce qui arrive ne pouvait être mis sous le tapis aussi facilement. Il n’y a guère que la romance qui a l’air de se tenir un peu dans tout ça, même si les personnages encore une fois sont creux au possible.

 

La seule et vraie relation de la série qui m’a emporté c’est celle entre Dolores et Bernard. On ressent avec beaucoup de puissance le lien étrange qui les unit, la relation homme-machine et les questions que Bernard se pose. La mise en scène joue une part essentielle dans cette relation, et je pense en particulier à un épisode sur lequel ils ont balancé la sauce.

 

Les personnages et leurs évolutions ont été les éléments qui m’ont donné envie de décrocher, en particulier vers la fin de la série où il y en a deux ou trois qui partaient complètement en freestyle. Free fritatas pour tout le monde et surtout on oublie bien la cohérence du scénario en chemin.

 

Les rebondissements

Fatigants, et prévisibles. Finalement, l’histoire était quelque peu cousue de fil blanc à mon goût. Est-ce que j’ai deviné tout ce qui allait se passer des les premiers épisodes ? Non, bien sûr que non mais aucune révélation (ou presque) ne m’a fait dire « ah mais c’est bien sur! », j’ai même agacé mon compagnon de visionnage à l’aide de mes « Mais ils sont sérieux là ? « . Il n’y guère que le finale qui a trouvé grâce à mes yeux et a su m’emporter totalement dans l’univers avec la seule et l’unique question :  mais comment cela va-t-il se terminer ?

 

westworld2

Coucou Bernard

 

Le finale

Grandiose. Rien a dire (*offre soumise à conditions). Magnifiquement écrit et encore une fois porté par un Anthony Hopkins qui incarne son personnage à la perfection. La scène finale m’a littéralement scotché autant dans sa réalisation que dans ses dialogues. Chaque geste, chaque mot, chaque respiration était étudié et donnait tout ce qu’elle avait à donner. Je n’ai pas regretté d’avoir pris mon mal en patience pour en arriver là.

 

*Sauf le cliffhanger qui m’a fait bondir de ma chaise. Introduire des samurais lors des dernières secondes du finale pour laisser sous-entendre que la saison prochaine allait se passer là-bas alors qu’on avait pas entendu ou peu parler d’autres parcs de la saison. Sérieux, les gars ?

 

Mais si cette série m’a autant hérissé le poil, pourquoi l’ai-je suivi jusqu’au bout ?

 

L’immersion

Je trouve que la série est loin de mériter d’être portée aux nues comme elle l’a été mais à côté de ça elle remplit le contrat auquel je signe lorsque je commence une série : l’immersion, la possibilité de se retrouver plongé dans un monde et d’y vivre une autre histoire, celle des personnages. Je n’ai pas aimé Dolores, je n’ai pas aimé Thom Yorke et j’ai été passablement agacée par de nombreux automates mais ils ont été assez efficaces dans leur performances pour me laisser croire même un instant qu’ils étaient des personnages à part entières. Nonobstant les scientifiques et Maeve (de la pâte à bois, donc), j’ai aimé découvrir de nombreux personnages et leur caractère.

 

Mais j’ai aussi adoré l’univers et la façon dont le tout était prenant et totalement immersif. Le gros budget de la série est ce qui l’a sauvé à mes yeux, il a permis de se payer ses décors magnifiques, ce générique envoûtant et sa bande-son griffée. Autant d’éléments qui s’empilent et offrent un bien meilleur confort de visionnage. Cette histoire ne m’a pas plu, mais c’est une bonne histoire et c’est là une différence fondamentale à mes yeux. Je n’ai pas été convaincue par le scénario et certaines personnages mais je suis consciente des qualités et de ce qui a pu toucher les autres. Et peut-être même que je donnerai une chance à la saison deux.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s